Dario aka SuperFrocio, Mister Superhero Fetish 2018

Il est le second Mister SuperHero Fetish a avoir été élu, à Anvers, en Belgique, lors de la Leather and Fetish Pride. Rencontre avec un Super-Héros… haut en couleurs. Tout ce qu’il dira pourra et sera utilisé contre lui.

Superfrocio, quelle est ta véritable identité ?

Je m’appelle Dario, j’ai 32 ans mais en réalité je n’ai pas grandi. Je suis né en Italie mais j’ai récemment déménagé à Londres, en Angleterre, à la recherche d’un endroit où m’intégrer. J’aime les longues marches sur la plage, les super-héros et le poulet fris.

En plus des bouquins traitant de science, j’ai toujours aimé les bandes dessinées. Enfant j’adorais les aventures de « Fantomiald », l’alter ego masqué de Donald Duck. En grandissant je me suis intéressé aux X-Mens et à l’univers Marvel en général.

Comment as-tu découvert que l’univers des super-héros pouvait également être un fétichisme ?

J’ai toujours été attiré par l’esthétisme et le physique des super-héros et comme je suis un ado des années 90, internet m’a aidé à répondre à mon vorace appétit sexuel. Google et mon modem 56K ont été de précieux alliés dans ma découverte de ce fétichisme.

Tout commence avec la matière : le spandex, le cuir, le latex. Toutes ces matières se sont immiscées dans ma sexualité et sont intimement liés aux costumes des super-héros. Par la suite j’ai créé, sur base de ces matières, quelque chose de plus complexe et mon imaginaire a créé mon personnage.

Qui est Superfrocio ?

Superfrocio, en italien, se traduirait par « Super PD » en français ou « Super Faggot » en anglais. C’est un super-héro de la vie quotidienne. Mon personnage est né il y a environs deux ans alors que j’avais besoin d’un alter ego pour m’aider à gérer ma vie quotidienne. Il m’a aidé à me concentrer sur ce qui comptait réellement pour moi. A relativiser les choses qui me contrariaient. Il représente la partie très extravagante et très gay de moi-même. Il est tellement « PD » qu’il a fini par mélanger les règles du genre et se moquer des stéréotypes LGBTQ.

Superfrocio défend la communauté gay en abordant les sujets importants pour elle. Mon objectif est de rendre les questions de santé et de sécurité plus amusantes et ludiques pour le public.

Faire partie de cette minorité au sein de la communauté, être un super-héro fétiche, permet à SuperFrocio de se moquer des stéréotypes.

Mon personnage à la force d’un adepte de Crossfit et l’agilité d’une ballerine. Il me suffit de claquer trois fois des doigts pour obtenir tous les super-pouvoirs nécessaires pour mener mes combats.

Quels sont ces combats ?

Ma mission est de combattre l’homophobie ambiante. L’ennemie de Superfrocio est « LaNemesi », une sombre entité qui existe en chacun de nous. Némésis est la déesse grec qui est assimilée à la colère et la vengeance et Superfrocio a pour mission de ramener un équilibre au milieu de tout cela.

Fondamentalement, les réseaux sociaux sont mes meilleures armes. Grâce à eux je peux répandre mon message et promouvoir mes actions. Je vais, sur mes différents réseaux, faire la promotion des super-héros et de ce fétichisme, en collaboration étroite avec ma communauté afin que celle-ci soit mieux représentée.

Cette représentation se fera également par le biais des déplacements que je ferais dans les majeurs événements LGBT d’Europe.

A l’occasion de cette élection j’ai rencontré d’autres super-héros fétiches, dont les français Avenge Puppe et Puppe Flah. Je souhaiterais pouvoir créer, avec tous ceux-là, une league active dans la promotion de ce milieu.

J’ai plein d’idées en tête et je souhaiterais profiter de cette année de mandat pour m’amuser et faire plein de choses avec un tas de gens. Contactez-moi, je serais là !

Dans le cadre de l’initiative #BeYourself lancée par Mister Rubber France 2018, quels sont tes conseils pour quelqu’un, jeune ou moins jeune, qui souhaiterait se lancer, vivre ses fétichismes et, pourquoi pas, rejoindre la league des super-héros ?

Tout est question de plaisir. Il ne faut pas avoir peur d’agir, d’être soi-même. En se mettant la pression on devient trop stressé pour réellement s’amuser alors qu’il suffit de ne pas avoir peur pour se lancer. Les super-héros font partie d’une minorité, dans une minorité (fétiche), elle même dans une minorité (gay). Assumer cela fait déjà de nous des supers-héros. Il faut s’accepter, s’amuser et s’entourer de gens qui peuvent prendre part à notre épanouissement. C’est aussi à cela que je sers en tant que Mister Super Hero Fetish: Guider, renseigner, conseiller ceux qui voudraient se lancer.

 

Crédits photos : Fredly Photography
SuperFrocio